Archives pour la catégorie Edition

MARINA LERIDON

J’ai le plaisir de recevoir comme troisième invité : MARINA LERIDON. Elle m’a fait le plaisir de me confier son deuxième roman : La Quête. J’ai eu beaucoup de plaisir à le lire, je me suis baladé en compagnie de Léo à travers Paris et ses quartiers si pittoresques. Je conseille vivement ce roman. Les personnages sont très attachants et leurs histoires si particulières. Je me suis régalé !

MARINA LERIDON

Je m’appelle Marina Leridon. Je suis née à Paris il y a 59 ans. De brèves études orientées sciences naturelles m’ont vite convaincue que ce n’était pas pour moi… Un diplôme de secrétariat en poche, j’ai rapidement trouvé du travail et n’ai cessé d’évoluer dans ma vie professionnelle.

Aussi loin que je m’en souvienne, la lecture a toujours été une passion, voire une drogue, pour moi : les « Babar » de Jean de Brunhoff, les histoires de La Comtesse de Ségur, Le club des cinq, Fantômette, Les rois maudits, Guerre et Paix, Rebecca, les Millénium, les Maxime Chattam, Robert Ludlum … j’en passe et des meilleurs !

L’écriture était toujours dans un petit coin de ma tête mais avec nos trois filles et la vie professionnelle, les journées étaient bien trop courtes. Début 2020, je me décidai enfin à me lancer en commençant par des ateliers d’écriture chez « Rémanence des mots ». Le temps de démarrer et le COVID est arrivé à point nommé : j’avais enfin du temps pour écrire ! Ces exercices m’ont beaucoup appris et j’ai commencé à répondre à des concours de nouvelles. À ma grande surprise, les mots et les idées me venaient plutôt facilement. Tout naturellement m’est venue l’idée d’un premier roman « Les inséparables » puis d’un second « La quête ». Un troisième est en préparation : un policier ou thriller, genres que j’affectionne particulièrement.

 

 

Les inséparables 

Premier roman de Marina

Ce premier roman est avant tout une histoire d’amitié entre deux hommes. Deux amis de toujours voient leur vie bouleversée par la chute d’un homme sur une terrasse. Ils se retrouvent pris dans un engrenage qui leur fera prendre des décisions impensables. Leur amitié sera scellée à tout jamais.

 

La quête

Léo est devenu un jeune homme comme les autres malgré un épisode douloureux à l’adolescence. Après de nombreux voyages, il sait enfin quoi faire de sa vie et décide d’ouvrir un Escape Game. Cette entreprise se révèle bien plus difficile que prévue car il se retrouve confronté à ses démons intérieurs. Ses combats contre lui-même dans les rues de Paris et aux environs le pousseront à se surpasser pour réaliser son rêve.

 LIEN AMAZON pour le livre LES INSÉPARABLES.

 LIEN AMAZON pour le livre LA QUÊTE

PETIT SONDAGE

J’ai une simple question à vous poser. Vous trouverez ci-dessous la couverture de mon livre : MON DERNIER VOL. J’aimerais savoir quelle est votre première réaction de lecteur ou lectrice sans même connaître l’histoire. Un grand merci à tous ceux qui accepteront de me répondre.

Mon premier roman !

Se faire éditer : Quelle GALÈRE !

“Tous les hommes sont écrivains, certains deviennent des auteurs.” de Pierre Leroux.

Eh oui, nous sommes si nombreux à coucher des mots sur du papier. Certains d’entre nous, les plus persévérants, arrive tant bien que mal, à produire suffisamment de phrases pour en faire une histoire. Lorsque nous écrivons le point final, un énorme soulagement nous envahit. C’est le premier bonheur de l’auteur.

Commence alors la phase de relecture et de correction. Chacun d’entre nous a sa manière d’aborder cette étape si importante. Pour ma part, c’est très compliqué. ( je me suis laissé dire que c’est souvent le cas.) Je ne m’étendrai pas sur ce sujet aujourd’hui, même s’il est capital pour offrir le meilleur avenir à son « œuvre ».

Nous voici enfin en possession du manuscrit finalisé. Pour ma part, au tout début, j’ai envoyé mon texte à une trentaine de lecteurs via les réseaux sociaux. J’ai reçu des retours très positifs et l’un d’eux venait d’une personne qui était en pleine création de sa maison d’édition. Mon livre : MON DERNIER VOL fût son premier ouvrage. Ce fut une belle aventure, qu’elle joie de recevoir SON livre dans sa boîte aux lettres. Malheureusement, l’aventure fut de courte durée, la maison ayant fermée dans les mois qui ont suivis !

A l’époque j’étais très présent sur les réseaux sociaux. Lorsque la maison a fermé, j’ai continué à promouvoir mon livre, mais j’ai eu l’impression de tourner en rond très rapidement. J’ai tout arrêter ! Quatre années se sont écoulées et un facteur important m’a donné envie de retenter l’aventure. AVOIR DU TEMPS !

“La plupart des éditeurs persistent à considérer que l’auteur est un individu auquel on rend suffisamment service en publiant son bouquin, pour qu’on n’ait pas besoin de lui verser un peu d’argent. ” de Philippe Bouvard.

Je me suis réveillé un matin en me disant :  » Il faut tenter, ne pas avoir de regrets ! » Alors, j’ai commencé à envoyer mon manuscrit à une dizaine de maison d’édition qui font régulièrement parler d’elles sur les réseaux sociaux. J’ai reçu sept mails m’indiquant que mon livre avait retenu toute l’attention du comité de lecture. A la lecture de cette nouvelle, mon cœur battait plus fort. En poursuivant la lecture de ces mails, je découvrais toujours le même paragraphe.  » Afin que vous soyez acteur de votre promotion sur le plan local, nous vous invitons à acheter X exemplaires de votre livre avec une remise exceptionnelle de Y% sur le prix de vente. » Je devais donc faire un chèque de 800 à 1700 euros ( montant réellement demandés) pour avoir le droit de me faire éditer. Certaines de ces maisons n’hésitent pas à écrire qu’elles proposent des contrats d’éditeurs ! Je ne critiquerai pas ces maisons car je n’ai pas essayé. Cette pratique me donne à penser, peut-être à tort, que se cache derrière cette façade de maison d’édition, un imprimeur qui gagne sa vie sur les achats de ses propres auteurs. Vous l’aurez compris, mes démarches restent veines et mon livre lui est bien au chaud sur le coin de mon bureau.

« Tous nos rêves peuvent devenir réalité, encore faut-il avoir le courage de les poursuivre. » de Walt Disney.

Même si mon moral est au plus bas, je ne veux pas capituler devant ces premiers échecs. Je voyage sur internet et je parcours des dizaines de blog qui expliquent tous les avantages de l’autoédition. Je n’arrive cependant pas à concrétiser vraiment la démarche de l’autoédition. Je suis noyé dans ces milliers de conseils et avis, je suis au point mort ! Un jour lors d’une de mes ballades virtuelle, je clique sur un blog : https://publiersonlivre.fr/. Je commence à le lire et au fur et à mesure de ma lecture, je perçois pour la première fois un début de réponse. L’autoédition : Pourquoi ? Comment ? Se faire connaître ; Pourquoi ? Comment ? Petit à petit, une stratégie se met en place dans mon petit cerveau. Je pose les différentes étapes, conseils proposés sur le papier et reprends espoir. Une autre source m’accompagne dans ce projet, voici le lien : http://www.lechatdelecrivain.fr/ Cet article n’est pas une pub déguisée pour ces blogs, mais simplement pour partager mon expérience. Pour un auteur débutant, je conseille vivement de lire tous ces blogs où et les livres parlant de l’édition sous toutes ses formes. Vous trouverez, j’en suis certain, celui où ceux qui vous donneront le bon éclairage pour vous lancer dans l’aventure. Un futur auteur doit être avant tout un lecteur curieux et perspicace! Pour le prochain article, j’aborderai mon parcours d’autoédité, étape par étape.

Merci pour votre lecture et portez-vous bien !

Note : 1 sur 5.
  1. Je suis l’ainée de 3 filles et j’ai toujours adoré l’école. Enfant je rêvais d’être maîtresse d’école. Puis mon bac…

  2. Très drôle cette autobiographie ! Je vous rejoins : mon mari et mes filles m’ont aussi beaucoup aidée pour me…