Archives du mot-clé Fiction et réalité

PARDON PÈRE NOËL !

Lors de ma petite enfance, le mois de décembre provoquait chez moi une grande excitation. Cette dernière augmentait au fur et à mesure que        j’ approchais de cette date mystérieuse et féérique du 25 décembre. Les années passant, j’élaborais des stratagèmes de plus en plus perfectionnés dans le seul but de rester éveillé la nuit du 24 pour apercevoir le Père Noël. Bien entendu, aucun d’entre eux n’a jamais fonctionné.

Je venais de quitter la maternelle pour entrer en préparatoire. Lors d’une récréation, un petit groupe d’intellectuels binoclards appartenant à la classe des grands se mirent à encercler mes camarades et moi-même. Leur chef nous interpella
 » Eh les bébés, je parie que vous croyez encore au Père Noël ! »
Devant le manque de réponse, il conclua que oui.
 » Vous êtes nuls, le Père Noël n’existe pas. C’est vos parents qui achètent les jouets. »
Cette affirmation déclencha des pleurs parmis mes petits camarades et des rires chez nos assaillants. Pour ma part, je décidais de regarder droit dans les yeux le chef binoclard profitant d’être grand pour mon âge et de lui lancer au visage :  » Même pas vrai ! « 

Bien installé devant mon goûter que ma mère venait de me préparer. Je pose  ma tartine de chocolat et lui demande sans détour :

– Est-ce que le Père Noël existe vraiment? À la récréation de cet après-midi, un grand m’a affirmé que c’était les parents qui achetaient les jouets.

Ma mère a aussitôt adopté le sourire qui veut dire ne t’inquiète pas mon chéri. J’ai compris immédiatement que je vivais dans le mensonge depuis toutes ces années. Le soir, seul dans mon lit, une larme coulait sur ma joue. C’est alors qu’une petite voix me chuchota au creux de l’oreille :  » le Père Noël existe ! »

Le temps a joué son rôle, j’ai grandi, Noël était toujours une fête, mais je ne pensais plus au Père Noël. Puis un jour, un petit miracle a eu lieu, la naissance de mon premier enfant. J’ai pris alors conscience, que c’était à mon tour de remplacer le Père Noël. Je ne m’attendais pas à un tel travail. Affronter la cohue des magasins pour réussir à acheter le fameux cadeau en tête de liste. Faire un paquet cadeau correct sans que le papier se déchire. Trouver une cachette sûre pour que l’enfant ne le trouve pas avant Noël. Cette galère se répéta à trois reprises. Entre-temps, j’ai moi aussi pris le plus beau des sourires qui voulait dire : Ne t’inquiète pas mon chéri. À chaque fois que j’expliquais l’inexplicable, une petite voix me chuchotait :  » le Père Noël existe ! »

Mes enfants ont grandi, le temps a passé, j’ai à nouveau oublié le Père Noël. Mais voilà que quelques années plus tard, je deviens grand-père !
C’est reparti ! Me voilà à nouveau dans la peau du Père Noël. Je cours les magasins, je m’énerve après les papiers cadeaux qui continuent à se déchirer et je cherche enfin la meilleure cachette possible dans la maison. Depuis ce fameux goûter, j’ai passé une partie de ma vie à remplacer le Père Noël, sans y croire moi-même. Et pourtant, une petite voix intérieure, n’a jamais cessé de me chuchoter:« le Père Noël existe!»

Décembre 2022, je reçois un mail à propos de l’un de mes romans. Il est écrit dans ce dernier, qu’il a été apprécié et retenu par le comité de lecture de la maison d’édition.

Angie Lollia, Présidente des éditions, des Livres et du Rêve me propose un contrat à compte d’éditeur pour une édition de mon roman en 2024.

Ma petite voix m’a chuchoté :  » je te l’avais bien dit, le Père Noël existe! »

PENSEZ À VOS PERSONNAGES

Où suis-je ?

Je me réveille confortablement assis sur un h les pieds posés sur le o devant moi. Je regarde autour de moi et comprends que je me trouve au milieu d’un chocolat !

Je me lève malgré moi !

C'est Donald qui se lève de son lit tout endormi

Je ne contrôle pas mon corps, que se passe-t-il ?     

« Olivier avale son chocolat d’un seul coup, bondit vers la porte et court attraper son bus. »

Cela ne va pas être possible, j’ai horreur du chocolat et du bus.

Je ne suis qu’un pantin désarticulé !

Le personnage se cogne sur un point d'exclamation !

« Olivier saute dans le bus, il se dirige vers le fond se jette sur la banquette ! »

Je cours, je saute, je trébuche et je    « OUILLE », mais qui a mis un point d’exclamation ici ? Je me suis cogné la tête dessus.

Sur un coup de tête !

Un renard qui plonge dans la neige

« Olivier décide de ne pas aller bosser, il descend du bus et prend la direction de la plage. Seul sur le sable, il retire ses vêtements et plonge nu dans les vagues. »

Oh là ! Pas si vite. Il n’est pas question que je me baigne à poil. Je ne suis ni un nudiste, ni un exhibitionniste ! Non, j’ai dit non ! A mon dieu qu’elle est froide. Il est début avril, pas étonnant que je sois seul sur la plage, surtout à huit heures et demi du matin. Je vais attraper la mort !

C’est pas terminé !

« Olivier sort de l’eau, heureux, il se sent totalement libre. Il s’approche de ses vêtements lorsqu’il prend conscience qu’il n’a pas de serviette ! Il se demande »

Je me demande quoi ? ET OH ! JE ME DEMANDE QUOI ? Mais il s’en va, il va me laisser tout nu sur cette plage. CA VA PAS LA TÊTE, JE SUIS LÀ ! C’est bien ma chance, d’être tombé sur un auteur qui n’a pas de suite dans les idées.

MORALITÉ DE CETTE HISTOIRE !
L'auteur qui s'en va et quitte son récit.

Cher ami auteur, chère amie autrice, je vous en supplie, pensez à vos personnages. Si vous devez précipitamment arrêter votre écriture, prenez le temps quoi qu’il arrive de finir votre phrase. Ne laissez pas votre personnage dans cette situation, vous risquez de le traumatiser pour la suite de votre roman. Merci pour lui.